La pédagogie active rend le cavalier acteur de son équitation, curieux techniquement et l'éveille à la relation qu'il a avec son cheval.Combinée à une pédagogie de la réussite, elle l'incite à progresser, et elle fidélise la clientèle en formant des hommes et femmes de cheval.

Une anecdote la semaine dernière m'amène à continuer mes recherches et améliorer mon enseignement en ce sens.

Il y a environ deux mois, j'ai fait monter une cavalière adulte de la région parisienne, niveau galop 6. Son souhait était : "Je veux sauter " (car elle saute peu dans son club).

Au cours de la séance je la sentais impatiente de sauter. il me fallait juste le temps de mettre quelques sensations en place. Donc à plusieurs reprises, elle me dit :"quand est-ce qu'on saute ? on va bien sauter ?" Elle a fini la séance heureuse et fatiguée, me confiant :"je n'avais jamais réfléchi comme ça à mes actions et à mon cheval"

En deux jours elle a fait deux séances d'obstacles. Dès le deuxième jour, elle était plus patiente, avait envie de travailler sur elle : son équilibre, ses aides, ses sensations ... et a commencé à me poser des questions techniques.

Elle est revenue ce week end et a réservé une séance d'obstacle. Je lui ai demandé : "Qu'as tu envie de faire aujourd'hui?"

Sa réponse : "Je veux apprendre ..."

Pour moi, cette seule réponse est une réussite.

Les bases avec lesquelles je travaille sont :

Prendre en compte, le cheval, le connaître, l'écouter,

Prendre en compte le cavalier, l'écouter, l'évaluer et concevoir un plan de progression,

Quelque soit leur niveau, prendre en compte le couple que l'on fait monter même si c'est occasionnellement.

Retour à l'accueil